Veux-tu épouser une camerounaise? Voici les coutumes à respecter!

Yigam Fatim January 4, 2018 No Comments

Veux-tu épouser une camerounaise? Voici les coutumes à respecter!

Au Cameroun, l’officialisation d’un mariage commence généralement dans un cadre coutumier. C’est tout un processus qui demande beaucoup de patience de la part du prétendant. Le fameux prétendant qui souhaite épouser une camerounaise devra donc respecter les rituels tels que prévus dans la tradition tribale de la jeune fille. En réalité, la majorité des tribus au Cameroun ont presque les même prescriptions coutumières relatives à la demande d’une fille en mariage. Voici les coutumes à respecter par le prétendant selon les tribus :

1- La tribu Douala

Si vous désirez épouser une fille Douala, vous serez donc appelé à respecter les 3 étapes du mariage coutumier prévues dans la tradition Douala

  • Le toqué à la porte :

Dans cette première étape, le prétendent va à la rencontre des parents de ca bien aimé pour se présenter comme candidat. Il est accompagné de sa famille, muni des cadeaux à offrir aux parents. A ce moment, les deux familles fixent une date pour l’ouverture des fiançailles

  • Les fiançailles.

Le jour des fiançailles, la famille de la jeune fille élabore une première liste pour la dote. Ainsi, les deux familles s’arrangent pour fixer la date à laquelle la dote aura lieu.

  • La dote

Le jour de la dote l’homme et sa famille se présentent dans la belle-famille, munis des éléments énumérés dans la première liste élaboré le jour des fiançailles. A cette occasion, la famille de la jeune fille élabore une deuxième liste pour la dote, différente de toute première. Les éléments demandés dans la liste sont généralement des cartons vin, de whisky, des porcs long-châssis, des chèvres, des tunes d’huile, des allumettes, des sacs de sel, de riz, costumes, pagnes…

Après avoir fourni les éléments de la dote, et respecté les rituelles demandé, le prétendant devient officiellement le mari de la jeune fille selon la coutume

2- La tribu Bamiléké

Dans la coutume Bamiléké, le prétendant qui souhait épouser une fille de la localité, devra procéder à :

  • La rencontre des parents de la jeune fille avec sa famille, muni des cadeaux (whisky, vins…)
  • La demande de la main: le prétendant et sa famille vont de nouveau à la rencontre de la belle famille pour demander la jeune en mariage. A ce moment, la belle-famille établi une liste pour la dote et dis à l’homme et sa famille d’aller bien se préparer pour fournir les éléments demandés
  • La dote: le jour de la dote, l’homme et sa famille vont fournir les éléments énumérés dans la liste de la dote. Après s’être acquitté des rituelles de la dote, la jeune fille devient officiellement sa femme  selon la coutume. A ce moment, l’homme et sa famille peuvent d’ores et déjà amener la jeune fille, qui devra alors faire ses valises.

3- La tribu BASSA.

Chez les Bassa, le mariage coutumier se déroule également en trois étapes. L’homme qui veut épouser la jeune fille Bassa devra donc :

  • Demander la main( Li Bat Ngonda ) : Le prétendant et sa famille procèdent à la rencontre des parents de la jeune fille pour demander à l’épouser. Après cette étape, la famille de la jeune fille mène des enquêtes de moralité dans l’entourage du prétendant s’il n’existe pas d’inceste.
  • Donner la bouteille (Li Ti Pos ) : Ici, les fiançailles sont officialisées et le prétendant doit offrir de la boisson ( whisky ,vingt , bière ) a la belle famille. Cette cérémonie a lieu chez le beau-père, ou on dresse une liste pour la dote.
  • La dote: les éléments demander dans la liste de la dote sont généralement des cartons de whisky, devin , des casiers de bière. Dans cette phase, il y a également ce qu’on la pratique de l’avion. Cette pratique consiste à faire croire au prétendant et à sa famille que la jeune fille se trouve dans un pays lointain et qu’il faudra débourser une forte somme pour qu’on la ramène (entre 5 à 10 millions, voire plus). C’est une façon  d’analyser le dégrée d’amour, de courage et de persévérance de l’homme envers sa femme. En effet, la pratique de l’avion chez les Bassa est profondément critiquée et désapprouvée. Elle limite considérablement les chances de mariages chez la jeune fille Bassa.

En effet, il faut dire que les procédures de mariage coutumier dans les tribus camerounaises ont des points communs. La différence se situe généralement au niveau de la consistance des éléments à fournir pour la dote. Dans la coutume Bamoun par exemple, la belle-famille n’exige rien au prétendant. Il pourra donc donner ce qu’il a. Ainsi, il en ressort d’une analyse générale du  mariage coutumier au Cameroun que les conditions à respecter pour épouser une jeune fille ne sont pas assez aisées. C’est l’une des principales raisons pour laquelle les futurs mariés escamotent l’étape coutumière pour officialiser leur union à l’état civil. Car, le mariage civil est à la portée d’un camerounais moyen et n’exige aucun cadeau à offrir à la famille de la jeune fille.

Please follow and like us:
Tags :